Comment faire un don du sang aux hôpitaux ?

Pour plusieurs raisons médicales, la guérison d’un malade peut nécessiter une transfusion sanguine.

Dans cette circonstance, il peut arriver que les banques de sang des hôpitaux soient peu fournies pour sauver ces personnes.

Donner de son sang peut donc paraître un acte salutaire pour un bébé, un enfant, et même un adulte.

Comment faire un don du sang aux hôpitaux

Une quantité minimale de 420 ml suffit pour sauver une vie.

Mais en réalité, comment faire le don de sang aux hôpitaux ?

En se faisant dresser obligatoirement un profil de donneur dans un hôpital

Le don de sang est volontaire, mais le geste suit un processus normalisé.

Le service en charge des prélèvements a le devoir de faire passer un entretien à tous les donneurs.

Le profil de chacun doit être en adéquation avec les critères requis pour faciliter la transfusion sanguine.

L’âge requis pour faire un don de sang est de 18 ans minimum et 70 ans maximum.

L’entretien permet également de recueillir les antécédents médicaux ou familiaux.

Dit autrement, il permet de :

  • connaître des maladies héréditaires ou familiales dont souffre le donneur ;
  • savoir s’il a déjà été opéré ou greffé d’un organe ;
  • savoir s’il souffre ou a souffert de maladies à risques ou transmissibles par le sang ;
  • se renseigner sur son mode de vie (actes sexuels protégés, consommation d’excitants toxiques pour le corps, etc.) ;
  • savoir s’il est sous traitements ;
  • vérifier le poids du donneur comparativement à la norme (50 kg minimum), etc.

Ces informations personnelles permettent de dresser le profil du donneur.

L’objectif est de s’assurer que le sang ne sera pas toxique ou rejeté par le corps du receveur.

Le personnel médical s’occupe de bout en bout de l’entretien prédon.

En acceptant de subir une analyse sanguine

Maîtriser son groupe sanguin est bénéfique lorsque l’on souhaite faire un don de sang.

L’analyse sanguine devient indispensable dans ce cadre pour connaître son niveau de compatibilité.

Elle détermine le groupe sanguin, mais aussi le rhésus (positif ou négatif) du donneur.

Les plus recherchés pour le don de sang sont du groupe sanguin O négatif (O-).

En effet, les donneurs ayant ce groupe sanguin peuvent transfuser à tous types de patients dans un centre hospitalier.

Par contre, le receveur universel, le groupe sanguin AB+ ne peut donner qu’à une personne du même groupe et du même rhésus.

L’analyse du groupe sanguin évite donc de transfuser directement du sang à des personnes du même rhésus.

Ceci implique de combiner des antigènes et anticorps au risque de créer des coagulations ou un rejet.

En ayant une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée

Un don de sang implique d’avoir un style de vie quasi irréprochable pour ne pas contaminer les patients.

Ainsi, avant de se rendre dans un hôpital, il est primordial de se faire une enquête de moralité personnelle.

Par exemple, vous avez récemment eu à faire des tatouages, des piercings, ou tout acte impliquant des objets tranchants ou pointus.

On a aucune fiabilité que les outils ont été stérilisés au préalable, d’où l’impossibilité pour vous de donner de votre sang.

Le poids minimal pour être donneur est de 50 kg, ce qui implique une alimentation équilibrée et saine.

Le prélèvement du sang peut causer un malaise vagal chez le donneur.

On recommande tout de même de boire un verre d’eau avant et après le prélèvement pour une meilleure circulation sanguine.

En respectant les règles du don de sang

Le don de sang est régi par des normes contrôlées et des consignes sont présentées au préalable aux donneurs.

Il est par exemple recommandé de ne pas pratiquer une activité sportive directement après le prélèvement.

La pression artérielle étant encore basse, de brusques mouvements peuvent avoir des conséquences graves.

Aussi, il est judicieux de respecter la fréquence de don de sang dans les hôpitaux.

Un homme doit faire 6 dons par an et une femme 4 dons durant l’année.

L’écart entre chacun des prélèvements est de 8 semaines.

En respectant ces consignes, vous vous préservez mais aussi le patient à qui la poche sera transfusée.

Le sang aura le temps de se régénérer durant cette période.


Articles connexes :

Comment faire un don à Emmaüs ?

Humanitaire pour sauver les animaux en Afrique ?